Psychanalye Aujourd'hui

Le blog de Brigitte Dusch psychanalyste historienne

Accompagner le désir d'être Soi
Le sujet humain est singulier, son histoire est unique, l'analyse lui permet de partir à sa rencontre et de tisser les liens, de prendre rendez-vous avec soi.

"J'accepte la grande aventure d'être moi". Simone de Beauvoir

Mon livre : "j'aime ma vie"

samedi 11 juillet 2009

Le dernier jour

"Vous feriez quoi, s'il ne vous restait qu'un seul jour à vivre" me demande un patient, en souriant....A demi. Quoique ?
A vrai dire je n'en sais rien, tous les jours sont les derniers, peuvent être les derniers, et je ne me suis jamais vraiment posé la question de cette ultimité, donc la question de cette certitude que je me lève un matin pour entamer mon dernier jour...
Le dernier matin...
Mon dernier matin...
Mon dernier jour !
La question est néanmoins interressante, soulignant par là, cette possibilité d'ici et maintenant, pour une fois, la dernière une bonne fois pour toute
Les jours se succédent et ne se ressemblent pas, on ne se baigne jamais dans le même fleuve, on ne regarde jamais le même ciel, on ne vit jamais les mêmes choses...
Chaque jour est alors nouveau, avec une possibilité de non lendemain, encore faut-il avoir ça présent à l'esprit?
Ce que nous n'avons pas, forcément, toujours... ?
Est-il, serait-il possible alors de vivre avec cette possibilité là, se dire que le jour, l'instant présent est, peut-être, le dernier ?
Comment envisager une telle possibilité ? Eventualité ?
Il convient sûrement de ne pas prendre au pied de la Lettre, encore que, chaque jour qui passe ne se ressemble pas, même si cette impression de déjà vu nous colle à la peau
Une sorte de répétition, demain, même heure..... Une répétition fatiguante, rassurante...
Répétition, mais pas à l'identique. Jamais, cela ne se peut...Pas de copié, collé, l'émotion, l'affect, la situation, rien n'est jamais semblable. Pas de mêmeté.
Donc chaque jour singulier est le dernier et demain sera un autre jour, demain est un autre jour..
Mais s'agit-il du dernier jour, ici, et maintenant, sur cette Terre, dans cette vie... ?
Dernier jour avant un ailleurs ? Mais quel ailleurs ?
Y a t-il vraiment un dernier jour ? Du moins un jour identifié comme tel ? Oui à postériori, mais nous ne pouvons pas le savoir, puisque nous n'aurons jamais connaissance de cet ultimité. Il sera alors le dernier pour les autres, l'autre que soi... Mais pas le dernier pour soi.

Non, logiquement alors à priori, ni dans l'instant présent, dans l'ici et maintenant.
Sur l'échelle du Temps ?
Nous ne sommes pas les maitres du temps, il nous échappe, s'enfuit, file au fil du temps qui passe... Nous ne sommes pas non plus dans la maitrise de celui ci, même si nous en sommes les gestionnaires, que nous apprenons à l'être, pour soi disant mieux vivre sa vie, mieux la remplir, ne pas laisser de place à un vide éventuel, qui pourrait...
Qui pourrait quoi ?
Laisser justement la possibilité d'ouvrir une fenêtre sur le passé ou le futur..Au sein même d'un présent qu'on pourrait supposer intenable ?
S'agit-il alors de vivre pleinement chaque jour qui passe comme le dernier... Comme s'il n'y en aurait plus d'autre, plus jamais... L'ultime alors que ce jourd'hui.

Et alors quoi ? On en fait quoi de spécial de ce dernier jour là... On fait quoi de spécial ce jour la ?Qui ne sera peut-être pas le dernier, puisque demain sera, et un autre supposé dernier succédera encore, et encore, et encore ?
Supercherie de croire que cette fois c'est le bon, ou le mauvais, que demain ne sera pas, mais si c'est le dernier c'est toujours ça de pris, mais pris, quoi et sur quoi, et à qui ?
On prend quoi quand on vit ?
Envisager alors la vie comme un combat, une lutte, mais contre qui ?
On ne se bat pas seul, pour rien, on se bat, contre, pour.... Il y a un objectif, une récompense, une possibilité,
Ici laquelle ?
Eternelle question que la vie, le sens de celle ci, si toutefois, sens il y a.
Le dernier jour n'existerait alors pas, il ne serait qu'une vue de l'esprit, une illusion encore, un espoir ultime de mettre fin...?
Le dernier jour du condamné, qui attend comme une délivrance.. Mais qui ne peut finalement profiter, si profit il peut y avoir de cette dernière possibilité... Condamné à vivre le dernier jour de sa vie, sachant que demain ne sera pas, car d'autres ont décidé pour lui.
Dernier jour, dernière étape sur le calendrier, avant de franchir le pas, vers un inconnu, vers le vide et le néant, pour l'éternité.
Le dernier jour, de celui qui décide de mettre un terme, d'écrire le mot fin...Décision, dernière volonté. Responsabilité ?
Quid alors de ces derniers jours, de ces derniers moments dans le monde des vivants ?
Qui sait ? Qui peut dire ? Qui peut faire ?
Alors cette notion de dernier jour, de vivre ce jour d'hui comme s'il était le dernier ne serait encore qu'une illusion, une tromperie de l'esprit comme seuls peuvent en construire l'homme, les hommes pour oublier cette condition humaine, cette non immortalité, compensant par ailleurs avec cette volonté, ce désir de pouvoir s'en affrenchir, alors que la vie et l'ultime finalement ne lui appartient même pas ?
Pourtant chaque jour est toujours le dernier, car celui qui suivra ne lui ressemblera pas, comme "le soleil est nouveau chaque jour*"

Héraclite, cité par Aristote in Meteorologica, II, 2, 354 b33

5 commentaires:

Anonyme a dit…

C'est une question plutôt intéressante je trouve, plus dans le sens de :ai-je fait tout ce que je souhaitais?, dit ce que j'avais à dire?, n'ai je pas de regret?, c'est ainsi je crois que je m'interrogerais.
Christine

castor a dit…

Le bilan de sa vie ? oui, c'est important toutes ces questions, elles viennent d'ailleurs en ces moments là, chez les personnes qui sont gravement malades, ce bilan, ce "je vais laisser quoi ?" j'ai encore tellement à faire encore..
S'interroger sur ces souhaits, apprécier alors l'ici et maintenant.

claudine citron a dit…

Lors d'un accompagnement d'une fin de vie, la mourante, une mamie âgée toute menue, toute frêle, avec qui j'échangeais depuis plusieurs nuits m'a renvoyée ses mots en me regardant droit dans les yeux et sereine:
- la mort est déroutante?
A qui posait-elle la question, à moi qui devait lui sembler complètement désemparée ou à elle qui semblait être prête à sauter le pas?
Elle est décédée le lendemain après la visite de son fils...
L'approche à petits pas de la mort nous aide-t-elle à mieux comprendre la vie? à discerner l'essentiel?
Je n'ai pas de réponse...

Anonyme a dit…

Bonjour Castor,

Je lis vos propos après avoir visionné le film "Into the wild". Film qui m'a profondément bouleversée ... cette fin de vie, à laquelle consenti finalement ce jeune de 23 ans qui décide justement de retourner à la vie, celle qui se partage avec l'Autre. Il se fait prendre au piège de ses aspirations d'homme pouvant vivre seul.
Oui, en un sens nous mourrons tous un peu chaque jour. Au moins pour renoncer à nos rêves.
Mais heureusement certains se réalisent ...
Bien à vous,
Cauderane

castor a dit…

La mort est déroutante ? Sûrement, puisqu'on ne sait pas... On s'achemine vers l'inconnu, mais en le sachant, c'est déroutant non ? Rassurant peut-être aussi ? Partir en sachant que tout continue sans nous... C'est peut-être cette question là ? je ne sais.
Into the wild est bouleversant, vous avez raison Cauderane, on ne sort pas indemne de ce visionnage, je vais lire le livre, peut-être pendant les vacances, si j'ai un peu de temps et surtout la possibilité de lire.
Merci à vous deux pour vos commentaires toujours pertinents et interressants.
Bien à vous

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Nota bene

Ce blog relate des bribes, des vies en respectant l'anonymat, ce l'éthique et la déontologie de ma fonction
Les événements, initiales, lieux, histoires... sont modifiés.

Il s'agit d'illustrer des situations, un concept, une problématique, un questionnement donnant lieu à une réflexion.
Ainsi toute ressemblance, similitude serait donc purement fortuite.

Vous étes venus

compteur visite blog

map