Psychanalye Aujourd'hui

Le blog de Brigitte Dusch psychanalyste historienne
Le sujet humain est singulier, son histoire est unique, l'analyse lui permet de partir à sa rencontre et de tisser les liens, de prendre rendez-vous avec soi.

"J'accepte la grande aventure d'être moi". Simone de Beauvoir

Mon livre : "j'aime ma vie"

mercredi 27 mai 2009

Le doute

"Ne doute pas "
"Ne laisse pas s'installer le doute"

Doucement, très doucement, mais fermement le Maitre s'exprimait ainsi à son élève...
Nous avons été invité à la dernière séance du stage de Kyudo* de mon fils, c'est un honneur, pour lui, pour ses pairs, ses maîtres et pour nous.
Un moment important de partage....Silencieux.
Ces phrases ont raisonnées, m'ont interpellées...
Que le doute ne s'installe pas, laisse aller...
Intriguée, plus tard, je lui demande, de me dire, de m'expliquer...
"Si tu doutes tu restes sur place, tu ne t'actives pas, tu n'avances pas... "
Le doute empêcherait alors d'avancer ?
Perplexe.....
Hésitation, elle empêcherait d'atteindre la cible ?
-"Quand tu restes trop longtemps, tu perds la concentration, tu manques la cible "
-"Oui, mais la cible n'est pas le but, il ne s'agit pas de l'atteindre à tous prix ? "
-"Métaphore," dit encore mon fils...
'"Il ne s'agit pas de cette cible, que tu vois, mais de celle qui ne se voit pas, la cible intérieure..."
Métaphore donc....
Oui, mais laquelle ?

Une sorte d'ici et maintenant..... Etre à ce qu'on fait, ne pas se laisser distraire...
Etre pleinement présent. Ici et maintenant...
Difficile, presque impossible ascèse
Mais l'exercice en vaudrait la peine

Mais le doute, ici, qu'aurait-il à faire...
Qu'est ce que le doute, ne pas être sûr ? S'interroger ?
S'oppose t-il à la certitude ? Et quid de la certitude...
La vie est faite de doutes, de certitudes, de croyances, de foi...ou d'incertitude, d'insécurité, de questionnements multiples. Rien n'est certain, définitif, nous sommes confrontés quoiqu'on nous dise, à l'insécurité, l'impermanence, l'incertain. Rien ne dure, ce qui est aujourd'hui, ne sera peut-être pas demain...
Comme si le présent reposait sur du sable, un sable mouvant, que nous pouvons façonner, détruire, reconstruire....
Nous ne savons rien du futur, de demain. Nous pouvons espèrer, projeter, anticiper, mais nous ne sommes pas toujours les décideurs....Toujours. Nous nous heurtons à ces contingences, contre lesquelles nous ne pouvons rien !
Nous actons dans le meilleur des cas, nous décidons de notre vie, nous essayons de le faire.
Nous sommes confrontés à l'irreprésentable, l'insoupçonnable, l'impensable.....................
Ni tout puissants, ni omniscients, nous ne sommes pas non plus dans la maitrise totale, il faut lacher prise, parfois, souvent, la plupart du temps
Nous ne maitrisons pas tout, tout le monde....Parfois le sujet ne se maitrise pas lui même

Le doute nécessaire ?
La certitude nécessaire ?
Comment ne douter de rien ? Jamais ?
Comment être sûr de tout ? Toujours ?
Comment vivre sans se retourner, se dire que ce chemin est le bon, une fois pour toute, qu'il n'y en a pas d'autre possible, que cette décision est la bonne, la meilleure qui soit...
Notre vie n'est faite que de choix, que de chemin à prendre, à droite, à gauche, tourner là, après.... Continuer, puis tourner encore;..
Fruit de réflexions, d'hésitations... le choix advient, et on s'y tient. Même si parfois il est bon d'admettre que ça ne vas pas, que finalement on aurait du choisir l'autre chemin...
S'il est temps de faire demi tour ? Pourquoi pas ?
Parfois ce demi tour, n'est pas possible, il faut rester là et affronter ses démons, ce mur infranchissable qui se dresse devant nous, sauter ! Car on ne peut pas toujours contourner éternellement les obstacles, ils nous reviennent toujours à la face, chaque fois un peu plus compliqués, difficiles...
Alors il faut se lancer ! A l'attaque...

Douter ? Se donner l'impression, la possibilité d'une autre éventualité, d'un autre possible, une ouverture, autre, différente....S'ouvrir à d'autres voies, d'autres horizon, apprendre à penser ?
Utile et nécessaire voire essentiel, c'est aussi refuser d'admettre certaines vérités présentées comme telles, et s'inciter à en chercher d'autre, à commencer et poursuivre la quête... Sa propre quête, à la recherche de soi et de sa vérité, sa ou ses certitudes, et les remettre en jeu, encore et encore ?
Douter, avancer ? S'enrichir ? Alors il convient de douter, admettre qu'il n'y a ni perfection ni vérité, qu'il y a des failles...Et s'y enfouffrer, savoir !
Ne pas s'enfermer dans un discours et des pensées iconoclastes, ce doute, là remet en cause des savoirs tenus pour définitifs et qui ne le sont pas, aucun savoir ne l'est....
le doute permet cela ! Heureusement !
le doute est dans ce cas le chemin vers la vie....

Paradoxalement le doute peut-être mortel, douter peut couter la vie, un seul instant de doute, un seul instant de défaut d'attention, de concentration et plus rien
L'irréparable !
La fraction de seconde qui fait que l'ordre est bouleversé, inversé, que plus rien n'a de sens, que plus rien n'existe, comme avant, qui fait qu'il y a un avant et un aprés...
Ne pas laisser le temps au monologue intérieur de se mettre en place...
De penser, de mettre en place un autre comportement, une autre possibilité, un autre possible, une autre alternative
Le reflexe, l'automatisme, le conditionnement, qui fait que nous sommes encore là, encore en vie, parce que.... Nous avons su, à cet instant très précis ce qu'il fallait faire, dire, être
Avoir le bon réflexe
Justement parce qu'il n'y a pas eu le temps pour la réflexion, que ce temps là aurait été de trop. Il ne le fallait pas....
Pas de réflexion, pas de doute. Action !



Kyudo, signifie en japonais "La voie de l'arc"

Pour Sacha, qui m'apprend chaque jour, qui m'interpelle souvent, qui se questionne toujours....

8 commentaires:

Christine a dit…

Action/réaction, ce qui est dit dans les choristes. Pour autant le doute est nécéssaire pour tout ce que vous en dites, douter cela oblige à réfléchir, à se questionner, à se remettre en question pour choisir. Après pas de certitude pour autant, mais on avance, ce n'est pas douter qui est grave, c'est ne jamais choisir, là on est dans l'immobilisme, non?

castor a dit…

Bonjour Christine, et merci pour votre commentaire.
Ne pas savoir choisir ? Ne pas pouvoir choisir, ne jamais choisir
Grave, oui, il est difficile de choisir, car c'est avant tout renoncer.
Bien à vous

carole a dit…

J'aime beaucoup cette réflexion qui rejoint sans doute le questionnement sur la pensée. OU BIEN l'Action OU BIEN la pensée. Quand on ne se pose jamais de questions, on ne vit que par habitudes et conditionnements, quand on remet toujours tout en question : on se perd et on ne peut plus agir, ni choisir... Tout est question de dosage, d'équilibre entre ces deux tendances.

castor a dit…

Le fameux équilibre...Juste des Grecs.
L'homéostasie, une sagesse infinie, une vie entière (et encore) suffit-elle pour y parvenir ?

carole a dit…

Une sagesse infinie peut-être pas, juste tendre vers... c'est tellement passionnant ! C'est ce qui rend la vie si intéressante

castor a dit…

Tendre vers, j'aime bien, car c'est aussi se pencher, il y a ce mouvement, vers...Soi et les autres
Merci pour toutes ces remarques toutes très interressantes.

galoune16 a dit…

Ouhaou!
Merci de ce cadeau, offert à nous aussi! Je pleure, c'était triste, c'était beau, c'est un très beau cadeau!
Un cadeau qui parle à notre part de peu-aimé... C'est l'histoire que je me raconte: qu'on a tous une part comme ça!
Un cadeau qui donne du calme!
Un cadeau qui donne de l'envie!
Merci à vous!
J'ai été longtemps accompagnée par un de vos pairs.
A la naissance de mon deuxième, j'ai été accompagnée par une femme psychanaliste, à la maternité...
Vous m'avez aussi offert de raviver ces doux souvenirs...
Merci à vous!
Merci à elle!

castor a dit…

Merci pour ce commentaire, Galoune, je suis sincérement heureuse de vous avoir apporté ce bon moment
A bientôt
Bien à vous.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Nota bene

Ce blog relate des bribes, des vies en respectant l'anonymat, ce l'éthique et la déontologie de ma fonction
Les événements, initiales, lieux, histoires... sont modifiés.

Il s'agit d'illustrer des situations, un concept, une problématique, un questionnement donnant lieu à une réflexion.
Ainsi toute ressemblance, similitude serait donc purement fortuite.

Vous étes venus