Psychanalye Aujourd'hui

Le blog de Brigitte Dusch psychanalyste historienne

Accompagner le désir d'être Soi
Le sujet humain est singulier, son histoire est unique, l'analyse lui permet de partir à sa rencontre et de tisser les liens, de prendre rendez-vous avec soi.

"J'accepte la grande aventure d'être moi". Simone de Beauvoir

Mon livre : "j'aime ma vie"

jeudi 14 avril 2011

"La musique"

Je viens d'achever la lecture de" La musique" de Yuko Mishima
Un livre découvert chez une amie...Le hasard encore ?
J'ai lu il y a plusieurs années "L'école de la chair" et les "Amours interdites". L'auteur, son écriture m'avaient fascinés.
Je ne connaissais pas ce livre ! Comme toujours les quelques lignes prisent "au hasard" en feuilletant l'ouvrage m'ont décidées.

Une autre facette du talent de Mishima, qui nous entraine dans les méandres d'un monde surprenant.

Fascinant !
Comme son nom ne l'indique pas, c'est de psychanalyse qu'il s'agit
Et de psychanalyse "appliquée"
Une histoire "vraie", une "étude de cas clinique".

Pas question de vous raconter l'histoire, je vous laisse la curiosité et le plaisir de la découvir, mais plutôt de partager les impressions étranges et les questionnements singuliers que celui ci pose au lecteur.

La psychanalyse au Japon...! (le livre a été écrit en 1965)

L'auteur avertit son lecteur dés les premières pages : il s'agit "d'un compte rendu relatif à un cas de frigidité féminine" présenté par un psychanalyste de renom.

Une "histoire vraie" en quelque sorte. "seul le nom des personnages à été modifié" précise t-il...

D'ailleurs le "roman" (mais en est-ce bien un) est sous titré

"Un cas de frigidité féminine observé en psychanalyse"

Nous voila dés les premières pages plongés dans l'univers du docteur Shiomi... Un psychanalyste célébre et jusque là sans histoire, une vie tranquille à l'image de son cabinet.

Puis survient dans cet univers Reiko : Elle n'entend pas la musique !
Curieuse et jolie métaphore ! En effet, l'analyste comprend peu à peu que c'est ainsi que sa patiente exprime sa frigidité ! Reiko n'entend pas la musique.

Elle parle, parle,assemble, se tait, tricite et détricote, analyse,interpréte, questionne parle encore, raconte et se raconte !
Au fil des mots on s'enfonce encore un peu plus, comme le Dr Shiomi dans les méandres obscurs de la personnalité féminine, vaste continent noir, inexploré, mystérieux et secret.

Cette femme qui d'aprés son analyse "souffre d'hystérie" associe les mots, librement, les rêves, les mensonges, les fantasmes.
Réel ? Réalité ? Rêves ? Mensonges ? Fantasmes ? Histoire ? Histoires ? Désir ? Amour ? Peur ? Angoisse ? Haine ? Désir encore...

Elle parle et elle écrit de longues lettes à son analyste, qui lit, associe les mots, tente des interprétations, tente de comprendre pourquoi cette "musique là" ne vient pas... n'est pas entendue par sa patiente...N'est plus entendue..

Le lecteur est mené par le bout du nez, car le roman revêt souvent des allures de policier
Le psychanalyste occidental s'etonne, s'interroge, s'insurge... Au fil des pages pour être complétement dérouté par la clinique de son confrère japonais !
Celui ci cherche, et n'hésite pas à s'investir tel un cognitiviste ! Intrusion dans le Réel pour comprendre le symbolique l'imaginaire et le fantasme....

Entre amour de transfert et fascination pour son énigmatique analysante, le docteur Shiomi entraine son lecteur au coeur de l'analyse où parfois le discours est pris au pied de la lettre. Reiko sublime et troublante, ment, souffre, parle, écrit, met des mots pour exprimer ce mal qui la ronge. Elle joue, manipule, car elle aussi "en connait un rayon sur la psychanalyse"

Et l'analyste occidental, et l'analyste d'aujourd'hui (le livre a été publié en 1965) de se demander si... ? Car ce n'est pas un jeu de la vérité, car qu'est-ce que la vérité, et y a t-il une vérité dans l'analyse ? C'est aussi la question !

L'auteur s'amuse, à nos dépends peut-être, mais aussi à notre plus grande joie, on sent derrière ses mots, le rire ! C'est jubilatoire...
Il nous emmène et nous promène du cabinet feutré de l'analyste aux bas fond de Tokyio où tel un" ttciste" anglo saxon il accompagne sa patienet et son petit ami flanqué de sa fidèle secrétaire ! Jubilatoire, oui parfois, aussi !

Quid ? Exposition ? Catharsis ?

On ne s'ennuie pas à la lecture de "La musique" et le lecteur se fait avoir par l'intrigue, il veut la déméler et se place dans la peau de l'analyste, détective, enquêteur... Il veut savoir et aussi comprendre, connaître la fin de l'histoire. Si fin il ya ?

A lire : en livre de poche, folio 3765 Yukio Mishima "La musique"

1 commentaire:

Les Fleury a dit…

Hors psychanalyse,
j'ai lu aussi La mer de la fertilité, une trilogie. Génial !
Cordialement

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Nota bene

Ce blog relate des bribes, des vies en respectant l'anonymat, ce l'éthique et la déontologie de ma fonction
Les événements, initiales, lieux, histoires... sont modifiés.

Il s'agit d'illustrer des situations, un concept, une problématique, un questionnement donnant lieu à une réflexion.
Ainsi toute ressemblance, similitude serait donc purement fortuite.

Vous étes venus

compteur visite blog

map