Psychanalye Aujourd'hui

Le blog de Brigitte Dusch psychanalyste historienne

Accompagner le désir d'être Soi
Le sujet humain est singulier, son histoire est unique, l'analyse lui permet de partir à sa rencontre et de tisser les liens, de prendre rendez-vous avec soi.

"J'accepte la grande aventure d'être moi". Simone de Beauvoir

Mon livre : "j'aime ma vie"

samedi 12 septembre 2009

@mi

Ce jour là elle est triste, désespérée..
"Je viens de perdre un ami"
Silence...Puis elle se reprend, devant mon regard interrogateur..
'Un ami ?"
"Oui, enfin, c'est sur internet, vous savez, je suis inscrite sur ....et j'ai des amis, des tas d'amis et ce matin, je vois qu'il en manque un..."
Silence, elle se reprend
"Oui, je regarde plusieurs fois par jour combien j'ai d'amis, des personnes qui demandent à être mes amis, ou qui acceptent mon invitation à le devenir..."

Elle est inscrite sur ce réseau social, depuis quelques temps, elle y a des amis, la plupart elle ne les connait pas, ne les a jamais vu, et ne les verra sans doute jamais.
Un nombre d'amis, important, sorte de baromêtre de popularité, témoin du lien social qui se crée, qui se fait, se noue au hasard de rencontres virtuelles, d'inscription à des groupes, pages, discussions, intérêt commun
Des amis.

"Ami, ce mot là signifie quoi pour vous ?"
Elle hésite, ne sait pas vraiment quoi et comment répondre
Puis "Je ne sais pas exactement dire, des gens.."
Puis de parler du net, des forums de discussions, de tout ce temps qu'elle passe derrière son écran devant son clavier
"C'est facile, un clic, on parle, on discute, on raconte, on voit ou non, on chatte, tout ça de chez soi, sans mettre le nez dehors
Justement le nez dehors, elle le met de moins en moins
"Pour faire les courses, et encore, tout ce que je peux commander sur le net, je le fais, c'est mieux"
Gain de temps, pas vraiment, du temps elle en a, peut-être trop, justement, un trop de temps qui fait vide, qui donne le vertige...
"Et cet ami perdu ?"

"Il manque un ami sur ma liste, il n'est plus là, il est parti, il s'est rayé de ma liste...
J'ai fait des recherches pour savoir s'il était toujours inscrit, il l'est, mais n'est plus mon ami.. "
Silence
"Je ne comprends pas, je n'ai rien dit, d'ailleurs je ne lui ai jamais vraiment parlé, en fait, j'ai simplement cliqué sur le lien pour accepter cette amitié.."
Elle me regarde "oui, on clique pour accepter ou non, c'est bien..."
"Cela me faisait 80 amis, vous vous rendez compte, moi qui ne voit jamais personne !"
Nous y voilà donc...
Jamais personne.
Et d'expliquer que : "En vrai, dans la vie de tous les jours, je ne vois personne, je ne connais pratiquement personne, la caissière de la superette, le facteur parfois...un voisin.. Mais sinon..."
L'isolement social. Voulu ? Cherché ? Souhaité ? Suscité ?
Crainte de l'autre, de son regard, de son être "en vrai" de sa présence dans le réel ?
Refuge dans le virtuel ou un seul clic engage une relation d'amitié ?
Mais quid de l'amitié ?
Elle ne peut définir ce terme, elle ne sait pas, elle parle bien des copines qu'elle avait en classe, des filles avait qui elle sortait, des gens avec qui elle travaillait

Mais ce n'était pas des amis..
Alors, ces vignettes, au coin d'un profil, ces gens, ces personnes inconnues, sont des amis ?
Et pourquoi ?

Plus tard, nous essayons de parler de cette perte là, de cette désinscription de sa liste, de cette dés affection. De cette dé faction. De cet abandon.
Abandon, il s'agit bien de cela? La perte, d'une amitié... Virtuelle relation inconnue, d'un inconnu,
Pourtant elle ressent quelque chose de très fort, de la peine, du chagrin, une certaine souffrance, celle d'être le "mauvais objet" qu'on laisse au bord du chemin qu'on déclique...
Elle culpabilise, se demande ce qui sur son profil, sa photo ses commentaires aurait pu déplaire à cet ami qui l'a quitté...
Elle ne peut admettre qu'elle ne porte aucune responsabilté. Elle souffre.
Une souffrance bien réelle, qu'elle reconnait cependant disproportionnée et irraisonnée, mais qui est pourtant là, et contre laquelle elle ne peut rien.
Contre laquelle elle ne peut rien, vraiment, qui fait qu'elle se sent ridicule, mais c'est ainsi
Si cet @mi l'a quitté, c'est que....
Il y a donc du manque, du moins 1 sur sa liste, du moins qui retire du plus
Un moins d'amour, d'amitié, un moins qui s'est retiré
Qui lui est retiré !

2 commentaires:

Carole a dit…

Bonjour Castor, il y a longtemps que je ne suis pas venue vous lire... ces amis virtuels sur nos blogs ??? sont-ils destiné à le rester (virtuel) Il y en a que j'aimerais rencontrer. peut-être un jour?... Ce billet me remue. C'est vrai que je suis beaucoup sur internet... J'y ai trouvé une aide pour restaurer une "estime de soi" en berne après une traversée du désert en lien avec une forme de harcèlement proche de ce dont vous parlez dans le billet suivant. Merci pour vos mots (et votre passage sur mon blog de poésie)

castor a dit…

Merci Carole, les rencontres sur le net, ne sont pas toutes vouées à l'échec, il peut y avoir de belles rencontres cela arrive, et débouche sur des amitiés sincéres, un bonheur vrai. Je peux en témoigner...Mais on peut s'interroger également sur les "demandes d'amis" de certains réseaux relationnels, où le but est d'atteindre par ex, un nombre clé...Il y a beaucoup à dire à ce sujet, et ces questions sont souvent au centres des problèmatiques anxieuses. C'est plus simple aussi de se connecter. Ce qui peut aider a parfois des effets indésirables...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Nota bene

Ce blog relate des bribes, des vies en respectant l'anonymat, ce l'éthique et la déontologie de ma fonction
Les événements, initiales, lieux, histoires... sont modifiés.

Il s'agit d'illustrer des situations, un concept, une problématique, un questionnement donnant lieu à une réflexion.
Ainsi toute ressemblance, similitude serait donc purement fortuite.

Vous étes venus

compteur visite blog

map